Accueil du site

JUIFS ET MUSULMANS - SI LOIN, SI PROCHES (1/4) Les origines : 610-721 mardi 28 juillet sur ARTE à 20h55 (52 min) Djemilove

« Juifs et musulmans : si loin, si proches » (4x52’) Une série documentaire réalisée par Karim Miské Série écrite par Karim Miské, Emmanuel Blanchard et Nathalie Mars. Direction éditoriale : Sylvie Jézéquel. Réalisateur de l’animation : Jean-Jacques Prunès. Une coproduction Compagnie des phares et balises - Arte France © ARTE France – France Télévisions – Compagnie des phares et balises – Vivement lundi ! – 2013

Ce voyage dans le temps retrace quatorze siècles d’une riche histoire commune entre juifs et musulmans. Un récit d’une grande rigueur historique, sans concessions ni parti pris. Premier épisode : les origines (610-721), où l’on retrace la naissance de l’islam et sa conquête en un siècle d’un territoire s’étendant de la Perse à l’Espagne.

Où l’on retrace la naissance de l’islam et sa conquête en un siècle d’un territoire s’étendant de la Perse à l’Espagne. Quelle a été la place des millions de non-musulmans dans cet empire ? Pour les polythéistes, c’est la conversion ; pour les peuples du Livre, juifs et chrétiens, le statut de "dhimmi", qui les détermine inférieurs, mais leur confère une protection plus ou moins généreuse selon les lieux, et leur permet de pratiquer leur religion.

Dès l’avènement de l’islam, le sort des musulmans et des juifs a été étroitement lié, mais un peu plus d’un siècle de conflit a suffi à occulter dans les mémoires treize siècles d’une histoire commune souvent pacifique et parfois harmonieuse. Elle commence dans la péninsule Arabique, où l’islam voit le jour au VIIe siècle, par la parole et l’enseignement de son fondateur, Mahomet, et se poursuit à Jérusalem, où, au XIIe siècle, le conquérant Saladin respectera églises et synagogues, durant le mythique âge d’or du royaume d’al-Andalus (711-1492) et dans la Maison judéo-musulmane de la sagesse fondée à Bagdad par la dynastie abbasside… Jusqu’à la rupture violente du XXe siècle, les deux religions n’ont cessé de dialoguer, non sans épisodes douloureux, comme le massacre de Grenade, en 1066, durant lequel la population juive est décimée par ses voisins musulmans. Le judaïsme a ainsi fortement inspiré Mahomet, qui en reconnaît les prophètes ? Ibrahim (Abraham), Moussa (Moïse) ou Joseph (Youssef). Trois siècles plus tard, c’est sous l’influence des penseurs musulmans que le rabbin Saadia Gaon proposera une interprétation de la Thora puisée dans la philosophie grecque.

De 610 à nos jours, de l’Arabie au Proche-Orient en passant par l’Empire ottoman, l’Andalousie et le Maghreb, cette histoire complexe et méconnue est racontée chronologiquement, avec une fluidité qui n’exclut pas le sens du détail. Un passionnant voyage dans le temps, porté par les explications, savantes mais toujours accessibles, de plus de trente chercheurs venus de différents pays, par des séquences d’animation originales et par des archives photographiques et filmiques d’une grande force. ARTE

Le Troisième homme : Palme d’or 1949 de retour sur les écrans en version restaurée Flâner

Fais ton salut toi-même ! Djemilove

Wim Hof

On connaissait « le Roi Soleil », « l’homme de fer », « Steve Austin et l’homme bioionique » mais voici qu’émerge de la nappe cryogénésisée néeerlandaise, Wim Hof alias « L’homme de glace » . Cet as du pic à glace se pique à la » graisse brune », un tissu adipeux, présent chez les nourrissons et qui permet de lutter contre l’hypothermie. Le « Guinness des Records » » enregistre ses 6 minutes 21 secondes de plongée en apnée sous la glace. Autres exploits : en Laponie finlandaise par 39 °, il batifole en tongues et short pour un jogging de 21km, entreprend l’escalade hivernale du Mont Blanc en marcel et bermuda ! . Seul bémol : il finit à l’agonie, à deux pas du sommet de l’Everest, sur les extrémités - ou plutôt les moignons – congelés… Pourtant de la folie à la sagesse, il n’y a qu’un pas de …grizzly ! Ce « fou gelant » est féru de philosophie et de spiritualité orientale. Grand lecteur du poème épique fondateur de l’Hindouisme, la Bhagavad-gita, amateur des récits d’exploration au Tibet d’Alexandra David Neel, notre homme venu du froid découvre les pouvoirs auto suggestifs de l’esprit. Grâce à une concentration intense et prolongée, les lamas tibétains parviennent à faire fondre leur tunique raidie par le givre et figée par la glace en fabriquant un surcroît d’ « adipocytes bruns » (adipo : graisse, et cyte : cellule, en grec), à l’origine du phénomène de thermogénèse. Pour Wim, ce fut l’étincelle. Au fil des ans, il étudie, expérimente puis devient une sorte de gourou distillant des cours au sommet des glaciers à une cour de groupies en mal de sensations gélifiées, affublant leur mentor du sobriquet « Mon sorbet » ! Sa notoriété dégèle jusqu’à son compte en banque, la graisse brune s’étale comme une peau de phoque mais , comme neige au soleil …tout fond !

Hymne à la joie

Sophie Marceau

Des hauteurs éthérées de L’Everest au plancher des « milles vaches », la chute dans la tyrannie du confort productiviste est vertigineuse. Déjà au début du XXème Khalil Gibran, le « Victor Hugo libanais », fustigeait l’ « american way of life » dans un aphorisme contre culturel visionnaire : « La recherche effrénée du confort est une chose insidieuse qui entre dans la maison comme une invitée, en devient l’hôte, puis le maître » (The Prophet, 1923). Le despotisme consumériste serait une addiction tout aussi sournoise que l’alcool et autres produits modifiant le comportement. L’humaine condition est soumise à une telle sophistication dans la surenchère d’éternité – stars collagènées, homme surajouté, cyber – humanité, visages frelatés, fesses et poitrines prothèsifiées qu’on en vient à rêver avec nostalgie aux menues rondeurs de Marylin dans Certains l’aiment chaud. Aujourd’hui les effets secondaires du « bien-être » contingent se métamorphosent en mal-être séculaire. Le professeur Henri Joyeux, chirurgien cancérologue et enseignant à Montpellier dans la plus ancienne faculté de Médecine de France, nous propose un antidote, un hymne à la joie de vivre. Dans son best seller, Changer d’alimentation1, vendu à plus de 300000 exemplaires, accessible à tous et excellemment indexé, ce médecin des âmes distille des conseils (oligo) élémentaires à partir d’un axiome simple : notre corps est très cohérent et si nous lui donnons une alimentation saine , il a d’excellentes chances de fabriquer ses propres défenses immunitaires contre les cancers, les maladies auto-immunes, les pathologies dégénératives, le vieillissement, l’envahissement viral et bactérien des voies respiratoires et digestives. La plus appétissante des disciples convertie aux joyeusetés du Docteur « bon sens », Sophie Marceau, nous offre sans complexes à bientôt 50 ans, la pointe de ses seins et le galbe de ses fesses, et le fuselage de ses cuisses, garantis 100% bio, sous les projecteurs cannois sans que l’on puisse soupçonner une once de chair reliftée !

Sarah Burton, romantisme gothique réincarné.

Automne-hiver Alexander MacQueen 2015-2016

Après ce recyclage par le froid polaire et la juste fourchette, la chenille va se muer en papillon. Pour l’habillage final, nul mieux que Sarah Burton, digne héritière d’Alexander McQueen, ne peut y procéder. Michèle (Obama) et Kate (Duchesse de Cambridge) ne jurent que par elle. Son dé féerique ressuscite le romantisme gothique décadent de Mary Shelley et lui insuffle une sève rock d’avant-garde ! Son unique défaut ? Dans sa collection, tout est beau ! L’oxymore est sa figure de style. Sarah Burton peut avoir la pudeur effrontée, le noir qui fait monter le rouge aux joues et un nu qui n’est pas à poil mais tout en poils. Sans montrer la photo, décrivez au plus prude des ayatollahs l’impériale robe portée par l’altière blonde, absence du niqab mis à part, que pourrait-il lui reprocher ? La lumineuse austérité du noir s’allie à une majestueuse ampleur ainsi qu’a une longueur très victorienne. Mais sous cette cendre couve un feu occulte ! La transparence de l’écrin brodé de roses noires exacerbe les blondeurs laiteuses de bijoux indiscrets d’un fort carat érotique. Belle figure de proue pour cette Automne-hiver Alexander MacQueen 2015-2016. Dans un identique esprit de paradoxe, Sarah Burton tire de son Panthéon des déesses gladiateurs, des nymphes scarabées et des anges coccinelles.

La nuit des vampires.

Automne-hiver Alexander MacQueen 2015-2016

Si les créatures inquiétantes et fascinantes de Sarah Burton sortent des brumes d’un Sussex victorien immortalisé par Le Frankenstein de Mary Shelley, d’autres monstres assoiffés de sang frais hanteront bientôt les officines occultes et labyrinthiques d’où ils tireront par « hématopoïèse » ( alors que les langues anciennes disparaissent ! ) le nectar de leur cure de jouvence de jeunes corps sains et alertes. Nos minotaures cacochymes s’abreuveront du sang neuf de victimes innocentes saignées à heures régulières, dans quelque « cellule » souterraine d’une clinique clandestine et ce, en l’échange de quelques riches émoluments. L’heure n’est plus au fantasme d’apprentis sorciers de laboratoire : de jeunes chercheurs viennent de publier dans une revue scientifique très sérieuse Nature communication, les résultats de leur travaux sur des souris bientôt applicables à l’homme. Nos docteurs Mabuse abusent de leurs découvertes et soutiennent l’hypothèse controversée d’une protéine sanguine à l’origine du phénomène de rajeunissement. On connaissait le Viagra, voici le GDF11 en perfusion ! Un afflux massif d’ hématies et autres leucocythes fringants de jeunesse assureraient donc par transfusion et autre transplantation de moelle épinière, creuset de l’hématopoïèse, l’éternité à vos cellules grises, un remède à la grise mine, un onguent éternel et vos affections cardiaques ( à quand les maux de cœur ?), un elixir de vie à vos fractures mal soignées et votre « corps meurtri » ( et pour les cœurs brisés ? ) … Longue vie à Dracula !

Faites de beaux rêves d’immortalité ou des cauchemars d’humanité à valeur ajoutée , c’est selon !

Le Pari des Libraires ! Feuilleter

Première édition du « Pari des libraires »

Le 2 juillet 2015, Paris accueille la première édition du « Pari des libraires », qui réunit plus de 80 librairies indépendantes, dont 8 dans le 10e arrondissement.

À partir de 16h et jusqu’à la nuit tombée, les librairies parisiennes s’ouvriront pour un moment convivial destiné à faire connaître l’activité de ces professionnels. Chaque libraire invitera une personnalité chargée de mettre en valeur le fonds de la librairie et de sélectionner, pour cette première édition à titre d’expérimentation, des ouvrages sur le thème de la liberté, valeur fondatrice de la librairie indépendante.

Plus de 80 librairies parisiennes font le Pari des libraires

Patrick Macnee alias "John Steed " a déposé son chapeau melon et tiré sa révérence… Djemilove

King Krule - A Lizard State //////////////////// DjemiLove

Olivier Saillard-Violeta Sanchez habillent la mode pour l’hiver !

Héritage italien Acqua di Parma

Extrait du blog d’ Alain Touraine

Je vis une expérience troublante... J’ai l’impression que mon ouvrage, La Fin des sociétés, qui sort dans quelques jours aux éditions du Seuil est mon premier livre. Les autres, tous les autres, furent des travaux préparatoires. Et le livre nouveau en annonce beaucoup d’autres mais que je n’écrirai pas parce que la mort m’en empêchera. Quelle drôle d’idée d’ailleurs de commencer à publier à 88 ans, et surtout après avoir écrit plus de quarante livres qui ont déjà fait l’objet de plus de 200 traductions, plus de vingt doctorats honoris causa, une élection dans de nombreuses académies ( Europe, Etats-Unis, Brésil, Mexique, Espagne, Chili, Argentine, Pologne etc… suite sur le blog : d’Alain Touraine

Christian Louboutin

LOUBIVILLE SE COLORE

Fou de cinéma, Christian Louboutin a très vite imaginé un cadre narratif pour raconter son histoire de beauté. Ainsi est né « Loubiville », un concept architectural plein d’espièglerie où une ville mystérieuse se colore au fil de nouvelles collections. Commencé avec les vernis Christian Louboutin, le voyage promet mille autres nouvelles découvertes.

Baskets Rick Owens

`

Saad-allah Wannous

Né en 1941 en Syrie. Après des études en Égypte, Saad-allah Wannous devient rédacteur dans différentes revues littéraires et politiques. Après un séjour à Paris, où il étudie le théâtre, il se consacre à cet art comme auteur dramatique cherchant construire un théâtre arabe contemporain. Puis il crée le festival d’art dramatique de Damas, et participe à la création de la revue La Vie théâtrale. Son écriture, qui ne refuse pas les influences occidentales tout en restant très proche des formes orientales, le rendra célèbre dans de nombreux pays grâce aux traductions réalisées dans une dizaine de langues. Rituel pour une métamorphose a paru en 1994 en arabe, en 1996 en français, avant son décès en 1997.

Punk - Une esthétique

Editions Rizzoli "Le mouvement punk était en soi une culture dégradable. Tous les fanzines, flyers et posters étaient fabriqués à bas prix, à la sauvette : la photocopieuse était reine, le papier de mauvaise qualité et les originaux le plus souvent égarés. Le mode de vie aléatoire des principaux acteurs du mouvement, qu’ils soient fans, musiciens, écrivains ou artistes, renforçait ce caractère éphémère. Par définition, la contre-culture n’alimente pas sa propre documentation", Johan Kugelberg.

Sous la direction de Johan Kugelberg et Jan Savage, avec les contributions de William Gibson, Linder Sterling et Gee Vaucher, Punk, une esthétique, retrace en images les origines, l’évolution et l’influence du mouvement. www.rizzoliusa.com REI KAWAKUBO STYLISTE DE COMME DES GARÇONS Dessin de l’artiste Daniel Adric pour Djemilove

"Dog Transgenre"...

Billy Boy & Lala 2006.

Marie Laure de Decker Marie Laure de Decker, oeil du demi siècle. Depuis 1972, Marie Laure parcourt la planète pour en fixer les évènements majeurs. Reporter-photographe de renom, collaboratrice de l’agence Gamma, elle parcourt le monde et témoigne en faveur des artistes. Conflits et rencontres au XXe siècle, rien n’a échappé à son objectif. Proche des artistes, elle a réalisé de très nombreux portraits : Gilles Deleuze, Pierre- Jean Jouve, Patrick Modiano, Gabriel Garcia-Marquez, Satyajit Ray, Marguerite Duras, Marguerite Yourcenar, Jacques Prévert, Orson Welles etc ...