Accueil du site

Le petit poucet rencontre le gros marseillais à 21h Canal Djemilove

Gwengamp ! Littéralement, le "camp blanc" rencontre ce soir sur la Canebière un autre camp, blanc celui-là aussi mais évoluant en bleu ciel azur !

Notre coeur ira vers ce petit club, 7500 habitants dans la ville, 18000 supporteurs au stade du Roudourou, le plus petit budget de ligue 1 mais une fougue et une détermination toute bretonnes !

Coup de coeur aussi à son public qui lors du dernier match à domicile contre Lens ( victoire 2-0) avait observé religieusement une minute de silence dans tout le stade, sans un bruit, en mémoire aux victimes des attentats, avant d’entamer une "Marseillaise" bien appropriée !

Ce qui lui a valu la UNE du Los Angeles Times quand même !

Wa Roag Gwengamp ! (En avant Guingamp !)

Nous ne céderons pas à la peur Djemilove

Djemila Khelfa

Cette déclaration a été élaborée dès le jour de l’attentat contre « Charlie Hebdo », mercredi 7 janvier 2015.

Elle est à l’initiative d’intellectuels – en liaison avec l’association du Manifeste des libertés –, bientôt rejoints par des militants associatifs.

En raison de la gravité de l’événement, il a été considéré comme important que cette déclaration soit signée, d’abord, par des personnes originaires du monde arabe et musulman.

Elle ne fait pas état du dénouement tragique de la prise d’otages de Vincennes, qui n’avait pas encore eu lieu au moment de sa mise sous presse pour publication dans « le Monde ».

Les coordinateurs de cette déclaration s’associent évidemment au deuil des familles et des proches des victimes de la tuerie antisémite de Vincennes – Philippe Braham, Yohan Cohen, Yoav Hattab, François-Michel Saada –, et de la famille et des proches de la policière tuée à Montrouge, Clarissa Jean-Philippe.

Nous ne céderons pas à la peur

Aux familles et aux proches de Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Bernard Maris, Honoré, Elsa Cayat, Mustapha Ourad, Frédéric Boisseau, Michel Renaud, ainsi que des policiers Franck Brinsolaro et Ahmed Merabet,

À toute l’équipe de Charlie Hebdo,

Nous disons notre effroi, notre solidarité, notre chagrin.

À leurs tueurs, nous disons qu’ils nous trouveront en travers de leur chemin, au côté de la liberté.

Les premiers signataires

(Pour vous joindre à cet appel, envoyez vos mails à : manifeste@manifeste.org)

Mohammed Ali Ababou, retraité

Ahmed Abaddi, membre du CNDH marocain

Karim Abboub, psychanalyste

Saïd Abdeddaïm, enseignant-chercheur

Youssef Abdelké, dessinateur, caricaturiste

Abbès Abdelkefi, universitaire

Fouad Abdelmoumni, militant associatif

Houria Abdelouahed, MCF Université Paris-Diderot

Nada Abdelsamad, journaliste

Ziad Abdel Samad, directeur The Arab NGO Network for Development

Hichem Abdessamad, historien

Abdelkader Abdi, designer

Mohamed Abdi, ancien conseiller

Ammar Abd Rabbo, photographe

Khaled Abichou, militant associatif

Abdelghani Abou el Aazm, lexicographe

Myriam Abtroun, sophrologue

Lotfi Achour, metteur en scène

Mouloud Achour, journaliste

Hakim Addad, militant politique

Lhaouari Addi, sociologue

Etel Adnan, poète

Hadfedh Affes, militant associatif

Rafic-Ali Ahmad, acteur

Mabrouk Aïb, ingénieur

Nadia Aïssaoui, sociologue

Aït-Aoudia Tassadit, gérante

Younès Ajarraï, CNDH-Maroc

Bergi Ajjarar, avocat

Sanhadja Akrouf, militante associative

Cengiz Aktar, écrivain, journaliste

Hala Alabdalla, cinéaste

Fatima-Zohra Alami, militante associative

Zohra Alami, costumière

Abdeslam Alaziz, militant politique

Amira Aleya-Sghaier, professeur universitaire

Zineb Ali-Benali, professeur des universités

Mehdi Alioua, sociologue

Brigitte Allal, professeure

Mehdi Thomas Allal, cadre administratif

Mourad Allal, directeur administratif

Samir Allal, universitaire

Tewfik Allal, coordinateur du Manifeste des libertés

Zaki Allal, ingénieur du son

Hennou Allali, médecin

Alaya Allani

Malek Alloula, écrivain

Mouneer Alshaarani, peintre

Hanan Al Shaykh, écrivaine

Ali Amahan, anthropologue

Fadela Amara, ancienne minister

Bahman Amini, militant associatif

Mohammad Ali Amir-Moezzi, directeur d’études à l’EPHE

Suad Amiry, écrivain

Samia Ammour, militante féministe internationaliste

Ali Anouzla, journaliste

Hassan Arfaoui, journaliste

Khadija Arib, députée (Pays-Bas)

Zeina Arida, directrice du Musée Sursock

Maryam Ashrafi, photographe

Ahmed Assid, écrivain

Samir Aoudi, journaliste

Nabil Ayouch, cinéaste

Noureddine Ayouch, acteur associatif

Nourredine Ayouche, directeur d’agence de communication

Boualam Azahoum, universitaire

Mehdi Azaïez, maître de conferences

Nasr Azaïez, avocat

Nabil Azouz, enseignant

Jalila Baccar, actrice

Mounira Baccar, cadre administrative

Nejib Baccouchi, militant politique

Hassen Bacha, président de l’Université de Jendouba

Malika Bakhti-Dahmani, ingénieur d’études

Latifa Bakhtous, universitaire

Jouda Bakir, documentaliste

Hoda Barakat, écrivain

Sidi-Mohammed Barkat, philosophe

Rita Bassil, écrivain, journaliste

Omar Battas, psychiatre, professeur d’Université

Yassin Bazzaz, militant des droits humains

Aziz Belaouda, fonctionnaire

Yahia Belaskri, romancier, journaliste

Yagoutha Belgacem, directrice de la plateforme SIWA

Ahlem Belhadj, pédopsychiatre, militante féministe

Emna Belhaj-Yahia, écrivain

Sondos Belhassen, comedienne

Souhayr Belhassen, présidente d’honneur de la FIDH

Yazid Belkacimi, médecin chef

Akram Belkaïd, journaliste, écrivain

Farouk Belkeddar, militant associatif

Mourad Belkeddar, producteur

Saloua Ben Abda, chercheur

Aïcha Ben Abed, archéologue

Rabâa Ben Achour, universitaire, présidente de l’ATDVU

Sana Ben Achour, juriste

Yadh Ben Achour, vice-président du Comité des droits de l’homme de l’ONU

Omar Bendjelloun, avocat

Ali Ben Ameur, universitaire et militant associatif

Ahmed Benani, politologue et anthropologue

Mehdi Benchaib, MCU-PH

Djilali Bencheikh, écrivain

Ghaleb Bencheikh, islamologue, universitaire

Ahmed Benchemsi, journaliste

Madjid Benchikh, professeur émérite

Kmar Bendana, historienne

Adila Bendimerad, actrice

Samira Bendris, éditrice

Ahmed Benferhat, élu municipal

Mohamed Ben Ghorbal, militant politique

Abdelwahed Ben Hamida, maître de conferences

Tarek Ben Hiba, militant associatif

Tahar Benjelloun, écrivain

Seyfeddine Benmansour, enseignant

Hatem Ben Miled

Emna Ben Miled, universitaire

Jamila Ben Mustapha

Fettah Bennani, président de Bayt Al Hikma

Fathia Bennis, chef d’entreprise

Ali Bensaad, géographe

Mohamed Ben Saïd, médecin, militant associatif

Rafik Ben Salah, écrivain

Abdellatif Bensalem, traducteur

Raja Ben Slama, universitaire, psychanalyste

Fethi Benslama, psychanalyste

Malek Bensmaïl, cinéaste

Khaled Bentounès, président des Scouts musulmans de France

Samta Benyahia, plasticienne

Adnane Ben Youssef, militant associatif

Rachid Benzine, islamologue

Karima Berger, écrivain

Mohammed Berrada, écrivain

Omar Berrada, écrivain, traducteur

Fatima Besnaci-Lancou, historienne, éditrice

Sophie Bessis, historienne

Maïssa Bey, écrivaine

Nadia Bey, présidente de l’association “Les sans voix”

Abbas Beydoun, poète

Ahmad Beydoun, historien et linguiste

Mahi Binebine, peintre, écrivain

Karim Emile Bitar, géopolitologue, IRIS

Amina Bouayach, secrétaire générale de la FIDH

Rahal Boubrik, professeur universitaire

Aziz Boucetta, journaliste

Hajer Bouden, traductrice

Annie Bouguerra, universitaire

Mohamed Larbi Bouguerra, professeur honoraire à l’Université de Tunis

Jim Boumelha, président Fédération internationale des journalistes

Mouloud Boumghar, juriste

Omar Bouraba, militant associatif

Khedija Bourcart, conseiller municipal

Hassan Bousetta, enseignant-chercheur FNRS

Fatma Bouvet de La Maisonneuve, psychiatre

Khadija Bouzoubaâ, psychopédagogue

Omar Brouksy, journaliste et universitaire

Houda Cadi, professeur

Nadia Chaabane, ancienne députée de la Constituante tunisienne

Abdeslam Chafchaouni, militant associatif (FMVJ)

Sérénade Chafik, écrivain

Chahla Chafiq, écrivain

Taoufik Chamari, militant associatif

Alya Chammari, avocate

Khemaies Chammari, ancien ambassadeur

Tewfik Chammari, président du Réseau national anti-corruption en Tunisie (RNAC)

Hassan Chami, journaliste

Leyla Chaouni, éditrice

Mounira Chapoutot-Remadi, professeure émérite d’histoire du Moyen âge du monde arabe et musulman

Abdelmajid Charfi, islamologue

Ali Chelbi

Hédi Chenchabi, directeur de formation

El Mehdi Cherbal, journaliste

Miriame Cherbib, économiste

Mouhieddine Cherbib, militant associatif

Inchirah Chérif, militante associative

Khedija Chérif, sociologue

Alice Cherki, psychanalyste

Larbi Chouikha, universitaire

Aboubakr Chraïbi, professeur à l’INALCO

Mounir Chraïbi, ingénieur

Marie Colona, documentariste

Abdelghani Dades, journaliste

Ahmed Dahmani, universitaire

Anissa Daoud, comédienne

Hassan Daoud, nouvelliste

Kamel Daoud, journaliste et écrivain

Zakia Daoud, écrivain

Moussa Dares, président de commune

Reza Dedghati, photographe

Assia Dib, formatrice

Karima Dirèche, historienne

Nacer Djabi, sociologue

Habiba Djahnine, réalisatrice

Fafia Djardem, psychiatre

Jabbour Douaihy, romancier

Mohsen Dridi, militant associatif

Nassera Dutour, présidente du Collectif des familles de disparus en Algérie (CFDA)

Anne-Marie Eddé, professeur d’histoire islamique (Sorbonne)

Dominique Eddé, écrivain

Jillali El Adnani

Mohammed El Amraoui, poète, écrivain

Aïda El Amri, présidente de « Tunisie Culture et Solidarité »

Lassaad El Asmi, président de l’Université de Carthage

Farid El Asri, anthropologue

Fatna Elbouih, militante associative, écrivain

Chafik El Ghoul, militant associatif

Fethi El Hadjali, CVDTunisie

Mahjoub El Haiba, universitaire

Abdellatif El Kesri

Driss El Kherchi, militant associatif

Marwan El Khoury, mathématicien

Driss El Korchi, militant associatif

Mohamed-Lakhdar Ellala, militant Associatif

Najat El Mekkaoui, économiste

Nadir Elmoumni, professeur universitaire

Mona Eltahawy, écrivain

Driss El Yazami, Conseil national des droits de l’homme (Maroc)

Jihad el Zein, journaliste

Aziz Enhaïli, politologue

Moha Ennaji, linguiste

Amina Ennceiri, psychosociologue

Houria Esslami, traductrice

Djemila Khelfa, chroniqueuse

La vérité sort de la bouche du métro ! Djemilove

FINI DE RIRE ce soir sur ARTE à 20h 50 Djemilove

"Si vous voulez un baromètre de la liberté d’expression et comprendre les tabous dans un pays, il faut aller voir les dessinateurs de presse." Ce conseil de Plantu, Olivier Malvoisin l’a suivi à la lettre : Fini de rire revient sur les événements qui ont jalonné le début de ce XXIe siècle à travers les dessins et les témoignages de dessinateurs de presse des quatre coins du monde : de Plantu à Avi Katz (Israël), en passant par Danziger (États-Unis), Kroll (Belgique), Rainer Hachfeld (Allemagne), Khalil (Palestine)... Au fil du récit, le film trace les contours des tabous contemporains et pose la question suivante : où en est la liberté d’expression aujourd’hui ? L’affaire des caricatures de Mahomet en 2006 a soulevé bruyamment la question de la représentation religieuse. C’est en partie ce que l’on observe dans le documentaire, mais on constate aussi l’émergence de nouveaux tabous : la censure économique, le poids de l’histoire, les murs réels ou imaginaires, qui sont autant de freins à la liberté d’expression.

Houellebecq, extension du domaine du sommeil ! People’tte

Dans Le paysan de Paris, Aragon évoquait au nom du "hasard objectif " cher à Breton, "la rencontre fortuite d’un parapluie et d’une machine à coudre" dans la vitrine d’une échoppe d’un passage aujourd’hui disparu.

La vie a de l’imagination et il en faut pour mesurer l’incongruité d’une rencontre au détour d’une rue du XIVeme arrondissement. Conversation fortuite :

DjemiLove : " Michel , heureuse de vous voir au croisement d’un carrefour ! que faites-vous en ce moment , vous préparez un livre ?

Michel Houellebecq : - je fais plein de choses en ce moment, mais le problème, c’est que j’m’endors tout le temps !

D : le foot vous intéresse ?

M.H : oui, ça me passionne mais je ne vais pas au bout des matchs, j ’m’endors !

D : et dans l’immédiat, quelque chose en vue ?

M.H : là, je vais m’acheter une brosse à dents électrique… !"

M.H : Salut DjemiLove

Rosetta : le robot Philae a atterri sur la comète « Tchouri »


Vie et mort de VINCE TAYLOR , le" roman vrai" de Fabrice Gaignault chez Fayard

Olivier Saillard-Violeta Sanchez habillent la mode pour l’hiver !

Héritage italien Acqua di Parma

Extrait du blog d’ Alain Touraine

Je vis une expérience troublante... J’ai l’impression que mon ouvrage, La Fin des sociétés, qui sort dans quelques jours aux éditions du Seuil est mon premier livre. Les autres, tous les autres, furent des travaux préparatoires. Et le livre nouveau en annonce beaucoup d’autres mais que je n’écrirai pas parce que la mort m’en empêchera. Quelle drôle d’idée d’ailleurs de commencer à publier à 88 ans, et surtout après avoir écrit plus de quarante livres qui ont déjà fait l’objet de plus de 200 traductions, plus de vingt doctorats honoris causa, une élection dans de nombreuses académies ( Europe, Etats-Unis, Brésil, Mexique, Espagne, Chili, Argentine, Pologne etc… suite sur le blog : d’Alain Touraine

Christian Louboutin

LOUBIVILLE SE COLORE

Fou de cinéma, Christian Louboutin a très vite imaginé un cadre narratif pour raconter son histoire de beauté. Ainsi est né « Loubiville », un concept architectural plein d’espièglerie où une ville mystérieuse se colore au fil de nouvelles collections. Commencé avec les vernis Christian Louboutin, le voyage promet mille autres nouvelles découvertes.

Baskets Rick Owens

Saad-allah Wannous

Né en 1941 en Syrie. Après des études en Égypte, Saad-allah Wannous devient rédacteur dans différentes revues littéraires et politiques. Après un séjour à Paris, où il étudie le théâtre, il se consacre à cet art comme auteur dramatique cherchant construire un théâtre arabe contemporain. Puis il crée le festival d’art dramatique de Damas, et participe à la création de la revue La Vie théâtrale. Son écriture, qui ne refuse pas les influences occidentales tout en restant très proche des formes orientales, le rendra célèbre dans de nombreux pays grâce aux traductions réalisées dans une dizaine de langues. Rituel pour une métamorphose a paru en 1994 en arabe, en 1996 en français, avant son décès en 1997.

Punk - Une esthétique

Editions Rizzoli "Le mouvement punk était en soi une culture dégradable. Tous les fanzines, flyers et posters étaient fabriqués à bas prix, à la sauvette : la photocopieuse était reine, le papier de mauvaise qualité et les originaux le plus souvent égarés. Le mode de vie aléatoire des principaux acteurs du mouvement, qu’ils soient fans, musiciens, écrivains ou artistes, renforçait ce caractère éphémère. Par définition, la contre-culture n’alimente pas sa propre documentation", Johan Kugelberg.

Sous la direction de Johan Kugelberg et Jan Savage, avec les contributions de William Gibson, Linder Sterling et Gee Vaucher, Punk, une esthétique, retrace en images les origines, l’évolution et l’influence du mouvement. www.rizzoliusa.com REI KAWAKUBO STYLISTE DE COMME DES GARÇONS Dessin de l’artiste Daniel Adric pour Djemilove

"Dog Transgenre"...

Billy Boy & Lala 2006.

Marie Laure de Decker Marie Laure de Decker, oeil du demi siècle. Depuis 1972, Marie Laure parcourt la planète pour en fixer les évènements majeurs. Reporter-photographe de renom, collaboratrice de l’agence Gamma, elle parcourt le monde et témoigne en faveur des artistes. Conflits et rencontres au XXe siècle, rien n’a échappé à son objectif. Proche des artistes, elle a réalisé de très nombreux portraits : Gilles Deleuze, Pierre- Jean Jouve, Patrick Modiano, Gabriel Garcia-Marquez, Satyajit Ray, Marguerite Duras, Marguerite Yourcenar, Jacques Prévert, Orson Welles etc ...